About us / Contact

The Classical Music Network

Bordeaux

Europe : Paris, Londn, Zurich, Geneva, Strasbourg, Bruxelles, Gent
America : New York, San Francisco, Montreal                       WORLD


Newsletter
Your email :

 

Back

Un couple d’exception

Bordeaux
Grand-Théâtre
04/05/2019 -  et 5*, 7, 8, 10, 12, 14 avril 2019
Jules Massenet : Manon
Nadine Sierra*/Amina Edris (Manon), Benjamin Bernheim*/Thomas Bettinger (Le chevalier Des Grieux), Alexandre Duhamel (Lescaut), Olivia Doray (Poussette), Adèle Charvet (Javotte), Marion Lebègue (Rosette), Laurent Alvaro (Le comte Des Grieux), Damien Bigourdan (Guillot de Morfontaine), Philippe Estèphe (Brétigny), (L’hôtelier)
Chœur de l’Opéra national de Bordeaux, Salvatore Caputo (chef de chœur), Orchestre national Bordeaux Aquitaine, Marc Minkowski (direction musicale)
Olivier Py (mise en scène), Pierre-André Weitz (décors, costumes), Bertrand Killy (lumières)


(© Eric Bouloumié)


Déjà présentée à Genève en 2016, la production de Manon imaginée par Olivier Py fait halte à Bordeaux en ce début de printemps, avant les représentations parisiennes prévues à l’Opéra-Comique en mai prochain, avec un plateau vocal entièrement renouvelé. De quoi justifier de voir ce spectacle à plusieurs reprises, avec Mark Minkowski à la baguette dans les deux cas.


On peut évidemment penser, à l’instar du compte rendu genevois, qu’Olivier Py se montre par trop prévisible dans son choix de placer d’emblée Manon dans le monde de la prostitution: c’est là une vision trop réductrice par rapport à la lecture traditionnelle du récit d’apprentissage tiré de l’abbé Prévost, au dénouement tragique conforme à la morale attendue. Pour autant, une fois ce parti pris accepté, Py impressionne tout du long par sa direction d’acteur millimétrée et inventive, qui nous fait rendre les armes jusque dans ses outrances les plus assumées – on pense non pas à ses nombreux effeuillages féminins et masculins, mais à ce fessier révélé abruptement à la face du public pour conclure le III. Pourquoi une telle provocation? Quoi qu’il en soit, ce travail se fond dans la scénographie splendide de Pierre-André Weitz, entre habituels murs noirs et éléments métalliques contrastés avec les couleurs flashy des enseignes et néons des hôtels de passe et tripots. Rien de nouveau en effet, mais tout cela fonctionne admirablement, sans temps mort.


Tous les interprètes jouent le jeu de cette mise en scène sulfureuse, notamment la ravissante Nadine Sierra sollicitée pour mettre en avant ses atouts physiques au service de la vérité théâtrale. On a déjà dit tout le bien que l’on pensait de la soprano américaine (voir par exemple La Flûte enchantée à Paris en 2017), dont les qualités techniques – rondeur d’émission, nuances (quel pianissimo!) ou aisance dans toute la tessiture – sont au service de phrasés admirables d’à-propos dans la compréhension du texte: un régal d’intelligence, de finesse et de sensibilité. On pourra seulement reprocher que la voix ne soit pas davantage projetée en certaines parties dramatiques, mais ce n’est là qu’un détail à ce niveau. De puissance, Benjamin Bernheim ne manque pas, imposant sa classe vocale dès ses premières interventions. On n’est guère surpris de retrouver le ténor français invité depuis plusieurs années par les plus grandes scènes internationales, tant son lyrisme généreux est communicatif. Seules ses interventions théâtrales parlées déçoivent en comparaison, tout comme certains passages en force qui durcissent l’émission dans l’aigu. Le public lui réserve la plus belle ovation de la soirée, sans doute conquis par son éclat et sa clarté d’émission. Les seconds rôles sont à la hauteur, tout particulièrement Alexandre Duhamel, qui impressionne dans la diction et la souplesse des passages de registre, ou Damien Bigourdan, idéal de noirceur perfide dans son rôle de Morfontaine.


Dans sa volonté d’éviter tout lyrisme inutile, Marc Minkowski impose son tempérament énergique en exacerbant les verticalités, en des tempi très vifs qui mettent parfois à mal la précision du Chœur de l’Opéra National de Bordeaux. On ne s’ennuie pas une seconde avec ce geste qui n’oublie pas de dévoiler, dans les passages apaisés, les subtilités et couleurs orchestrales de Massenet. De quoi soutenir brillamment un spectacle cohérent dans ses partis pris (malgré quelques exagérations), servi par un plateau vocal parmi les meilleurs du moment.



Florent Coudeyrat

 

 

Copyright ©ConcertoNet.com