About us / Contact

The Classical Music Network

Paris

Europe : Paris, Londn, Zurich, Geneva, Strasbourg, Bruxelles, Gent
America : New York, San Francisco, Montreal                       WORLD


Newsletter
Your email :

 

Back

Les jeunes pousses de David Stern

Paris
Saint-Quentin-en-Yvelines (Théâtre
01/16/2015 -  et 17 janvier 2015
Gaetano Donizetti : L’elisir d’amore
Vannina Santoni (Adina), Sahy Ratianarinaivo (Nemorino), Oded Reich (Belcore), Hyalmar Mittroti (Dulcamara), Eleonora de la Pena (Gianetta)
Ensemble vocal de Saint-Quentin-en-Yvelines, Valérie Josse (chef de chœur), Ensemble Opera Fuoco, David Stern (direction)


D. Stern (© Maria Rosenblatt)


Labellisé «scène nationale» par le ministère de la Culture, le Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines accorde chaque année une place non négligeable à la musique classique en dehors de sa principale dévolution au théâtre. La très belle production d’Armida de Haydn accueillie en octobre dernier – et actuellement en tournée dans toute la France – avait ainsi lancé la saison sous les meilleurs auspices. Le TSQY s’appuie également depuis dix ans sur la résidence de l’ensemble Opera Fuoco. Fondée en 2003 par David Stern, la formation sur instruments d’époque créé plusieurs spectacles par an qui lui permettent de rayonner au-delà de sa maison mère, du Théâtre des Champs-Elysées (Jephtha en 2009) à la Cité de la musique, notamment, tout en gravant des disques chez Zig-Zag Territoires: on pense par exemple à l’enregistrement de Zanaida de Johann Christian Bach, salué dans ces colonnes en 2013.


C’est à une version de concert de L’Elixir d’amour de Donizetti, une des œuvres emblématiques du bel canto, que nous convie Opera Fuoco en ce début d’année. Rien d’aride cependant, les cinq solistes ayant choisi de ne pas faire usage des pupitres et partitions, interprétant leurs personnages avec des costumes façon XVIIIe siècle autour de quelques bouquets et outils villageois en bord de scène. Egalement grimé, l’Ensemble vocal de Saint-Quentin-en-Yvelines arbore quant à lui sa partition – seule petite concession à cette mise en espace finalement bienvenue dans sa simplicité même. Mais cette production a surtout comme intérêt de nous faire découvrir un plateau vocal de jeunes chanteurs, encore peu connus et très investis dans leurs rôles.


Place tout d’abord à Vannina Santoni, incontestable tête d’affiche de cette production, qui impose une Adina pétillante et savoureuse, autour d’une agilité vocale impeccable. La très belle ligne de chant se joue des difficultés avec un chant suave, précis, toujours très souple dans les modulations. A peine pourrait-on lui suggérer quelques prises de risque supplémentaires pour nous embarquer complètement et prendre sa place parmi les plus grandes. A ses côtés, Sahy Ratianarinaivo surprend tout d’abord par son beau timbre au velouté séduisant, mais qui fatigue quelque peu au cours de la soirée avec une émission de plus en plus nasale. Rien de tel heureusement dans son air célébrissime «Una furtiva lagrima» au second acte, bien travaillé. Parfois un peu en retrait côté interprétation, on lui préfèrera de ce point de vue l’impeccable Oded Reich, très convainquant dans son autoritarisme naïf, à la belle projection vocale. Rien de tel malheureusement pour Hyalmar Mittroti, à la tessiture réduite, aux problèmes de souffle constants, qui se rattrape quelque peu par sa truculente composition de Dulcamara. Eleonora de la Pena donne à son court rôle de Gianetta un mordant bienvenu, entourée par un Ensemble vocal de Saint-Quentin-en-Yvelines sincère mais souvent trop appliqué.


C’est surtout la direction précise de David Stern, attentive au texte, qui offre à la soirée un intérêt constant. Si l’Ouverture laisse apparaisse quelques défaillances individuelles (les bois notamment), cette formation réduite à vingt cordes s’en sort bien dans l’ensemble, sans trop couvrir les chanteurs dans la vaste salle de Saint-Quentin-en-Yvelines. Une soirée agréable, sans être au niveau atteint par la plupart des versions de concert du voisin versaillais, mais tout à fait plaisante.


Le site d’Opera Fuoco


Florent Coudeyrat

 

 

Copyright ©ConcertoNet.com