About us / Contact

The Classical Music Network

CD

Europe : Paris, Londn, Zurich, Geneva, Strasbourg, Bruxelles, Gent
America : New York, San Francisco, Montreal                       WORLD


Newsletter
Your email :

 

Back

04/10/2009
Anton Bruckner : Symphonie n° 8 en ut mineur (version Haas)
Wolfgang Amadeus Mozart : Symphonie n° 38 en ré majeur, K. 504, « Prague »

Staatskapelle Dresden, Bernard Haitink (direction)
Enregistré en public au Kulturpalast de Dresde (2 septembre 2002 [Mozart]) et au Semperoper de Dresde (3 décembre 2002 [Bruckner]) – 114’04
Coffret de deux disques «Staatskapelle Dresden live» (volume 24) Profil Hänssler PH 07057 (distribué par Intégral) – Notice bilingue (anglais et allemand) d’Eberhard Steindorf






En août 2002, Dresde fut, comme de nombreuses villes d’autres pays d’Europe centrale, victime d’inondations historiques dues principalement aux débordements de l’Elbe. Plusieurs monuments de cette perle de l’Allemagne baroque, déjà fort touchée par les bombardements de la fin de la Seconde Guerre mondiale, furent détruits de façon plus ou moins partielle. Sitôt revenus du Festival de Salzbourg, Bernard Haitink et l’Orchestre de la Staatskapelle de Dresde donnèrent un concert, le 2 septembre 2002, à l’attention de la population sinistrée de la ville : au programme, la Symphonie n° 38 « Prague » de Mozart et la Symphonie alpestre de Richard Strauss. Fortement endommagé, le Semperoper de Dresde, lieu de résidence de l’Orchestre de la Staatskapelle, fut progressivement déblayé, nettoyé, reconstruit même lorsque cela s’avérait nécessaire : la célèbre phalange réintégra ses murs au début du mois de décembre 2002 en donnant quelques concerts au programme desquels figurait notamment la grandiose Huitième symphonie d’Anton Bruckner. Tel est donc le contexte dans lequel ces deux représentations ont, en partie (on espère que Hänssler publiera prochainement la Symphonie alpestre), été captées et figurent donc dans le présent coffret.


La Symphonie n° 38 « Prague » fait partie des dernières de Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) et, certainement, des plus connues. Achevée en décembre 1786, créée à Prague sous la direction du compositeur en janvier 1787, cette symphonie fait aujourd’hui figure de symbole de la maturité de Mozart qui, au fil de ces trois mouvements, laisse s’épanouir une imagination (notamment à l’attention des bois) dont certaines compositions orchestrales antérieures étaient relativement exemptes. Ce véritable hommage à l’opéra mozartien (quelques motifs empruntés aux Noces de Figaro, quelques autres préfigurant Don Giovanni ou La Flûte enchantée), est ici interprété avec une surprenante fraîcheur et un entrain généralement attribués aux « baroqueux ». Pourtant, si l’on compare les tempi adoptés par le chef néerlandais avec ceux, par exemple, de Trevor Pinnock à la tête de son English Concert (dans leur intégrale des Symphonies de Mozart publiée chez Archiv Produktion), on constate que ceux-ci sont systématiquement plus rapides, l’Andante faisant ainsi presque trois minutes de moins. En outre, servi par un orchestre charmeur dans la moindre note, Bernard Haitink fait montre d’une souplesse absolue, témoignant de la totale confiance avec laquelle il laisse jouer ses musiciens et préservant ainsi un splendide équilibre entre les pupitres (quels bassons ! quelles flûtes !).


Après le sourire de Mozart, la noirceur de Bruckner... La Huitième Symphonie fait partie de ces monuments que l’on hésite toujours à aborder tant ils impressionnent par leur dimension, leur recherche et, en l’occurrence, par leur signifiant. Si les premières notes sont jetées sur la partition au cours de l’été 1884, l’œuvre n’est achevée qu’en 1892 (elle est créée en décembre par le Philharmonique de Vienne sous la direction de Hans Richter) : une fois de plus, Bruckner, en proie aux doutes, aux remords, également aux influences de tel ou tel disciple, a multiplié les corrections de cette page crépusculaire dominée par la mort. Lui-même estimait d’ailleurs que les forte de la fin du premier mouvement annonçaient la venue de la grande faucheuse… Bernard Haitink a déjà enregistré avec succès cette symphonie avec l’Orchestre philharmonique de Vienne (chez Philips) et, à au moins deux reprises, l’Orchestre royal du Concertgebouw d’Amsterdam. A la tête d’un orchestre avec lequel Eugen Jochum a gravé une mémorable intégrale des symphonies du maître de Saint-Florian (aujourd’hui disponible chez Brilliant Classics), Haitink livre ici une interprétation tout à fait extraordinaire.


Le premier mouvement, Allegro moderato, est abordé avec une angoisse qui ne disparaîtra pas du concert : le sens des nuances, l’attention que porte Haitink à la succession des passages empreints de violence et ceux, au contraire, qui laissent s’épanouir les pupitres de cordes en font une grande réussite même si la fin n’est pas aussi cataclysmique que dans d’autres versions (on pense à la dernière gravure de Karajan avec Vienne chez Deutsche Grammophon ou Böhm avec la Tonhalle de Zurich chez Palexa). Le Scherzo est le mouvement le moins réussi (encore que tout soit relatif…) : le fait qu’il soit pris assez rapidement, sans legato exagéré, lui fait perdre sa dimension implacable et, en partie, ses accents inquiétants. L’Adagio est peut-être la plus belle page jamais composée par Anton Bruckner : les longues phrases confiées aux cordes, créant une tension progressive qui ne trouve son apaisement que dans les interventions confiées aux harpes au terme de crescendos bouleversants, illustrent à merveille la quiétude avec laquelle il convient de faire face à la mort, à défaut de l’accepter avec une totale sérénité. Même si d’autres chefs ont davantage su tenir ce mouvement sur la durée (près d’une demi-heure !), Bernard Haitink livre ici une leçon d’orchestre, laissant celui-ci respirer, prendre son temps et, au bout du compte, livrer à l’auditeur les ivresses sonores d’une partition émouvante de bout en bout. Sitôt les dernières notes envolées, l’Orchestre de la Staatskapelle de Dresde se lance à corps perdu dans le martèlement du Finale. Là encore, le sens de la progression ou la manière dont la coda conclusive est conduite prouvent que Haitink fait incontestablement partie des monstres sacrés de la direction d’orchestre. De tels témoignages sont aujourd’hui précieux : il convient de les savourer à leur juste valeur.


Sébastien Gauthier

 

 

 

Copyright ©ConcertoNet.com